• solvou

Crises d'opposition de l'enfant en bas-âge

La crise d’opposition survient aux alentours de deux ou trois ans, alors que l’enfant prend de l’autonomie et qu’il explore toujours davantage le monde. Viennent alors les premiers dangers et la nécessité récurrente pour le parent de dire « non ».


Ce mot devient alors familier à l’oreille de l’enfant, il le répètera plus facilement pour prouver et se prouver que lui aussi a le pouvoir de dire non. C’est un cercle vicieux me direz-vous ! Et je serais tentée de vous répondre oui.

L’enfant en bas âge a besoin d’affirmer son identité, mais il le fait encore de façon impulsive, émotive, sans contrôle ni retenue, à cause de son âge (voir le chapitre « L’agressivité chez le jeune enfant »). Dire non à l’adulte, c’est lui montrer qu’il possède une autonomie d’action et de pensée.

Je me souviens d’un jour où j’avais simplement dit « merci » à ma fille âgée de deux ans qui me tendait un objet dont j’avais besoin. Elle m’a répondu : « Non ! », alors que je venais simplement de la remercier. J’ai alors réalisé à quel point elle avait besoin d’affirmer son identité, et que cette affirmation pouvait s’accomplir de toutes les manières possibles, qu’elles soient contradictoires ou tout bonnement absurdes.


La crise d’opposition est parfois difficile à gérer pour l’adulte.

Voici cependant quelques clefs :


🔸 La réponse doit se situer entre le laisser-faire et la réprimande.

🔸 Première chose à faire : parler à l’enfant, lui montrer que nous comprenons sa colère mais qu’elle ne sert à rien car ce sont nous, les adultes, qui décidons pour toutes les choses importantes de son éducation. Il apprendra à se contrôler et à accepter cette situation. Pourquoi ? Parce que votre enfant a besoin de vous, il a besoin que vous lui fournissiez des repères, ce sont ceux-là mêmes qui l’aideront à se construire. Vous êtes sa boussole. Il ne peut, malgré ce qu’il vous fait comprendre, se passer de vous. Il ne s’arrêtera pas de vous aimer si vous vous opposez à lui.

🔸 En période de crise, isolez-le dans un endroit calme (sa chambre), à l’abri des regards. Ni lui, ni vous, n’avez besoin d’un sentiment d’humiliation en plus.

🔸 Laissez-le « redescendre ».

🔸 Parlez-lui ensuite en le réconfortant, et en lui disant qu’un jour il arrivera à se maîtriser. Redonnez-lui confiance.

🔸 Ne vous attardez pas trop longtemps sur la crise, le but est de le réconforter tout en étant ferme, sans dramatiser la situation (ce qui le maintiendrait dans un inconfort et fragiliserait sa confiance en lui).


Les crises d’opposition de l’enfant en bas âge sont difficiles pour les parents, elles sont pénibles, usantes. Gardez vos repères éducatifs en ligne de mire, il a besoin de vous, il a besoin de vos limites pour se structurer.

La tâche est longue, difficile, je vous le concède, mais cette période passera, rassurez-vous. Votre enfant se calmera en grandissant, grâce à vos repères et grâce à votre amour.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désamour, et plus particulièrement le désamour pour sa propre famille, pour ses propres parents, est-il un passage obligé à l’adolescence ? Non. Nous connaissons tous des personnes qui ont traversé

Les phobies sont des peurs irrationnelles qui conduisent à l’évitement (phobie des araignées, phobie des serpents). Elles sont tout à fait normales dans le processus de développement de l’enfant. Voic