• solvou

Les peurs chez le jeune enfant

Les phobies sont des peurs irrationnelles qui conduisent à l’évitement (phobie des araignées, phobie des serpents). Elles sont tout à fait normales dans le processus de développement de l’enfant.


Voici les phobies qui apparaissent communément à certains âges :


● À partir de huit mois, apparaît la peur de l’étranger. C’est l’angoisse de séparation. Vous allez avoir du mal à vous défaire de votre bébé qui ne demande que vos bras et refuse catégoriquement d’être pris dans les bras par quelqu’un d’autre.


● À partir de deux ans, apparaît la peur du noir.


● À partir de trois ou quatre ans, apparaît la peur des gros animaux.


● À partir de quatre, cinq ans, apparaît la peur des petits animaux (insectes, souris, araignées… sauf chez certains enfants qui verront dans ces animaux des sources de fascination et d’intérêt et auront plaisir à les découvrir, à les observer, voire à les manipuler).

Au même âge, surviennent les cauchemars et, du fait d’un imaginaire qui se développe fortement, la peur du loup, de l’ogre, des sorcières. Votre enfant va venir dans votre lit la nuit ou va avoir du mal à s'endormir le soir.


● À partir de six ou sept ans (sept ans en psychologie représente l’âge « symbolique » : c’est la capacité à se représenter des choses plus abstraites), l’enfant a peur des microbes, des maladies, et de la mort. Il se pose des questions existentielles. Il a peur de la mort de ses propres parents. N'hésitez pas alors à le rassurer : "Papa et Maman sont en pleine forme, il n'y a aucune raison qu'ils disparaissent, sois rassuré mon chéri."


● Il existe également la peur des situations inhabituelles telles que la vidange de la baignoire, la chasse des WC, le lavage automatique de la voiture.


● Entre deux et sept ans, l’enfant a peur de rester seul dans une pièce.



Comment l’enfant parvient-il à combattre ses peurs ?


Il dépassera ses peurs grâce à sa conduite de réassurance, c’est-à-dire sa capacité à se réfugier vers un objet ou une personne contraphobique, comme son doudou ou sa mère. Par exemple, si votre enfant a peur de prendre l’ascenseur ou de rentrer en classe, seul, sans vous, il pourra lutter contre son angoisse en prenant avec lui son jouet ou sa peluche préférés.


Si une peur est trop invalidante, il faut consulter.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désamour, et plus particulièrement le désamour pour sa propre famille, pour ses propres parents, est-il un passage obligé à l’adolescence ? Non. Nous connaissons tous des personnes qui ont traversé

La crise d’opposition survient aux alentours de deux ou trois ans, alors que l’enfant prend de l’autonomie et qu’il explore toujours davantage le monde. Viennent alors les premiers dangers et la néces